Le vilain petit canard

le-vilain-petit-canard

Création Compagnie La polycompagnie, 2010

Durée du spectacle : 50 mn
Tranche d’âge : 4-10 ans

L’histoire :

Depuis qu’il est sorti, tout neuf, de son œuf, le vilain petit canard est rejeté de tous à cause de son apparence. Il part alors affronter le monde, seul. Peut-être réussira-t-il à approcher ces grands oiseaux blancs qu’il a vus passer, un jour, dans le ciel ? La mise en scène, pleine d’inventivité, s’articule autour d’un piano-boîte-à-surprises servant de caravane à notre conteur-vacancier. Egalement chanteur, comédien et musicien, il faut vivre toute la galerie des personnages, du petit canard au vieux dindon, sur un ton à la fois humoristique, profond et tendre.

Distribution :

  • Texte : Hans Christian Andersen
  • Mise en scène : Thierry Jahn
  • Assistant à la mise en scène : Jérôme Ragon
  • Musique : Simon Bensa
  • Décor et scénographie : Nicolas Javel
  • Costumes : Jérôme Ragon
  • Lumières : Benjamin Lascombe
  • Interprétation : Simon Bensa
  • Affiche : Charlotte Gastaut

Galerie photos :

dscn0518dscn0508

Video : Bande annonce

La presse en parle :

«Trop grand, trop gris, trop laid ! Pas facile d’être rejeté par toute une basse-cour, à peine sorti de l’œuf. Se sentant exclu parce que différent, le vilain petit canard décide alors de partir… Ambiance vacances sur la scène, où un acteur installe son campement, se faisant tour à tour narrateur et personnages. D’une caravane multifonctionnelle (rangements, four, piano…), il sort petits pots, arrosoir, transat, pour figurer au fil du récit, canards, vilain petit canard ou poussette à canetons. La mise en scène de Thierry Jahn, où se côtoient théâtre, chansons et objets, apporte distance et légèreté à ce conte quelque peu cruel d’Andersen. Il reste quelques fragilités dans le jeu de l’interprète (rôle difficile d’homme-orchestre), par ailleurs musicien et auteur des très jolies chansons. Une version originale du texte intégral, à partager en famille.

Une version originale du texte intégral, à partager en famille.»

Télérama – Françoise Sabatier-Morel2T Télérama