Jack Poum

affiche de «Jack Poum»

Création Compagnie La Nomade

Durée du spectacle : 45mn
Tranche d’âge : tout public à partir de 4 ans

L’histoire :

« Jack Poum, musicien, est encore parti en voyage.
Chez lui, des souvenirs remplissent la commode,
pendent au porte manteau,
s’empilent dans l’armoire du temps qui passe…

Quelques vêtements, objets manipulés en théâtre noir,
des sons, musiques joués en direct,
interrompent l’immobilité et le silence
pour évoquer l’existence et le passé de ce personnage imaginaire…»

Distribution :

  • De et par : José Pedrosa (théâtre d’objets) et Jean-Christophe Luçon (théâtre de musiques)
  • Regard Extérieur : Nicolas Guellier
  • Musique : Jean-Christophe Luçon
  • Décor et scénographie : José Pedrosa
  • Lumières : Nicolas Guellier
  • Visuel : José Pedrosa
  • Site web : www.jackpoum.com

Galerie photos :

Théâtre Astral | Jack Poum : photo 1Théâtre Astral | Jack Poum : photo 2Théâtre Astral | Jack Poum : photo 3

photos : Nathalie Morcelet

La presse en parle :

« Un bonnet et un manteau d’enfant s’animent. Le petit bonhomme alors créé s’envole sur un livre… Des ouvriers au marteau presque musical, un motard danseur de breakdance amoureux d’une poupée, l a bagarre ans un tiroir de commode de Nounours et de « GI Joe »… Sont autant de saynètes à travers lesquelles Jack Poum emmène le public. Envoûté par le jeu d’ombres et de lumière, hypnotisé par la musique, le spectateur traverse les souvenirs et les étapes de la vie du héros.
Quarante-cinq minutes pendant lesquelles les deux artistes sur scène ne ménagent pas leurs efforts. José Pedrosa se cache dans l’obscurité pour articuler les objets, et Jean-Christophe Luçon n’est pas beaucoup plus visible. Il fait la part belle à ses instruments – et ceux qui n’en sont pas, comme ces boîtes à musique et ces cloches pédagogiques -. Les mélodies prennent vie pendant le spectacle, en même temps que les personnages. Le résultat : un joli voyage tout en tendresse. »

La Renaissance Lochoise (novembre 2011) – Julie Perrot

« Poum invite les spectateurs à entrer dans la vie d’un personnage absent. Ce sont ses vêtements abandonnés dans la maison qui vont faire vivre chaque moment de sa vie, depuis sa naissance, couche-culotte irrésistible, en passant par la découverte de la lecture, un livre volant tout en tendresse, le travail à l’usine, marteaux agressifs et la musique présente à tous les instants, passant du hip-hop excellent au blues sentimental.
La mise en scène en théâtre noir et les lumières ingénieuses sont des atouts non négligeables de la réussite de ce spectacle. »

Centre Presse (décembre 2011)