Longu’zoreilles, roi des embrouilles

Théâtre Astral : affiche de «Longu'zoreilles, roi des embrouilles»

Création Compagnie des châteaux de sable (création 2006)

Durée du spectacle : 50mn
Tranche d’âge : 3 à 10 ans

L’histoire :

Inspiré d’un personnage très répandu dans les contes africains, ce spectacle raconte les aventures d’un jeune lièvre qui, grâce à la ruse, parvient à affronter les situations les plus périlleuses.
Et pourtant…

Né paresseux, malpropre, gourmand, insolent, Longu‘ Zoreilles, le petit lièvre, est loin d’être la fierté de ses parents.
Et lorsque Maman Zoreilles, sa pauvre mère, se décide enfin à le mettre à la porte, afin qu’il apprenne à se débrouiller tout seul, comment se douter qu’il s’en sortira avec autant de malignité et d’intelligence ?

Distribution :

  • Texte et mise en scène : Jacques Legrand-Joly
  • Musique : Jean-Marie Gérintes
  • Décor et scénographie : Noëlle Masson
  • Marionnettes : Julien Barthélemy
  • Costumes : Véronica Prouvé
  • Interprétation : Hélène Bénard, Sélina Casati ou Mickaël Durard, Jacques Legrand-Joly
  • Affiche : Noëlle Masson

Galerie photos :

Théâtre Astral | Longu'zoreilles, roi des embrouilles : photo 1Théâtre Astral | Longu'zoreilles, roi des embrouilles : photo 2Théâtre Astral | Longu'zoreilles, roi des embrouilles : photo 3Théâtre Astral | Longu'zoreilles, roi des embrouilles : photo 4Théâtre Astral | Longu'zoreilles, roi des embrouilles : photo 5

photos : Julien Barthélemy

Video : Bande annonce

video : Compagnie des Châteaux de Sable

La presse en parle :

« (…) Un conte africain d’une immense beauté mêlant marionnettes géantes plus vraies que nature, masques et comédiens ultra expressifs dans leur corporalité. Une gourmandise à ne pas laisser passer !  »

Sézame (octobre 2010)

« (…) Se révélant roi de la débrouillardise et de la ruse, Longu’ Zoreilles n’aura pas de mal à séduire vos enfants , qui s’identifieront vite à ce petit lièvre en pleine construction personnelle. Masqués, les comédiens donnent vie à une mise en scène travaillée, où les marionnettes réussiront à transporter vo s enfants dans un univers peuplé d’animaux plus vrais que nature. »

Téléobs – supplément du Nouvel Observateur (février 2011)